Musique Films Bandes Sonores Inspiration
Films et séries

Au détour d’une mélodie…

Cette semaine, je vous propose un concept différent où il n’y a peu ou à peu près aucune horreur impliquée… Je souhaite vous partager et vous présenter quelques bandes sonores de films qui m’inspirent lors de mes moments créatifs. Que ce soit en écrivant, en peinturant ou pour toutes autres formes d’expression, une musique de fond m’accompagne religieusement. Étant violoniste, la musique est pour moi comme une bombonne d’oxygène. Je me rends compte également qu’elle joue un rôle important pour mon appréciation d’un film. Celle-ci complète l’œuvre tout en la rendant émotionnellement intéressante et tangible. Lorsque j’écris, je préfère les arrangements orchestraux, car ils sont moins distrayants pour moi.

Dans mon article intitulé La saison des Perséides selon Lovecraft (que vous pouvez lire juste ici), je mentionnais à quel point la composition de Colin Stetson pour le film Color out of Space (2019) m’inspirait depuis le début de l’année. En effet, chaque bande sonore produit une ambiance bien précise. Selon mon humeur et les circonstances de création, j’écoute et réécoute la musique de mes films préférés. Cela permet à mon cerveau de se concentrer sur mon projet en cours. Je suis absolument fascinée et également terrifiée par l’univers, l’espace et le vide. Outre Color out of Space (2019), je suis interpellé par la musique de Interstellar (2014) ainsi que celle de Arrival (2016).

Hans Zimmer, compositeur allemand, est reconnu entre autres pour les bandes sonores du Roi Lion (1994), Le dernier samouraï (2003), Le pirate des Caraïbes (2003) et bien d’autres. Après leur collaboration pour Inception (2010) et la trilogie The Dark Knight, le réalisateur américain Christopher Nolan mis au défi Hans Zimmer d’écrire en une seule journée le leitmotiv pour son prochain film, soit Interstellar (2014). Et ce, deux ans avant la réalisation et la sortie du film! Généralement, les compositeurs travaillent sur le projet lorsque celui-ci est pratiquement terminé.

Inspiré par la relation entre le personnage principal et sa fille, Zimmer élabora une magnifique mélodie pour piano et orgue. Douce, mélancolique, mais également remplie d’espoir, elle berce le film et complète la trame narrative à merveille. Outre le piano, l’orgue et le synthétiseur joués à quelques reprises lors de l’enregistrement par Zimmer, il composa pour l’orchestre un accompagnement qui amplifie majestueusement les propos du film.

Pour incarner l’espace et l’univers, le compositeur demanda aux musiciens de la section d’instruments à vent de produire des sons étranges et inhabituels. De plus, la musique est rythmée par une pulsation représentant le temps qui passe, ce qui me donne des frissons à tous les coups! Interstellar, autant le film que sa trame sonore, vous transportera l’instant d’un moment, ailleurs, loin de tout tracas et de la gravité.

Musique Films Bandes Sonores Inspiration
Les griffes de la forêt © Tous droits réservés

Si la musique de Hans Zimmer ne vous a pas transcendée lors de votre écoute, alors celle de Johann Johannsson y arrivera dès les premières notes. Compositeur islandais malheureusement décédé en 2018, Johannson créa l’arrangement musical non seulement pour le film Arrival (2016) de Denis Villeneuve, mais également pour Mandy (2018) de Panos Cosmatos. Ces mélodies proviennent tout simplement d’un autre monde… ou du moins elle représente à merveille une invasion extraterrestre.

Johannson emploie un mélange bien dosé de sons classiques et contemporains grâce à un orchestre, un ensemble vocal et un synthétiseur. Ce qui génère une atmosphère anxiogène autant pour Arrival que pour Mandy. Bien que dans ce dernier il n’y ait aucun chœur accompagnant la musique, nous sentons le destin sombre, imminent et inévitable qui se rapproche. Mandy Love Theme, mélodie douce et triste, résonne en moi d’une manière que je ne peux m’expliquer.

Dans Arrival comme dans Interstellar, nous y retrouvons une pulsation. Cependant dans ce cas précis, les chanteurs transforment complètement le sens de ce rythme. Il pourrait représenter le temps, car c’est une thématique importante dans le film, mais pour moi il ressemble à un signal, soit radiophonique ou même satellite. En effet, la communication est un autre sujet majeur de l’œuvre. La chorale émet des phonèmes et des syllabes au hasard sans véritable signification, mais lorsqu’ils sont rassemblés cette musique forme une expérience en soi. Je pourrais écouter en boucle la chanson Heptapod B jusqu’à la fin de ma vie!

La bande sonore du film The Village (2004) du réalisateur M. Night Shyamalan m’inspire pour une raison complètement différente de celle de Interstellar, Arrival et Mandy. Composée par James Newton Howard, cette musique est classique du début à la fin et met de l’avant le plus bel instrument au monde : le violon! Nous pouvons entendre ces notes harmonieuses et puissantes au détour de chaque pièce musicale. Lorsque j’écoute les mélodies de Howard, une irrésistible envie de jouer mon instrument s’empare de moi. Il a également créé la musique pour la trilogie Hunger Games, Le sixième sens (1999), Le fugitif (1993) et beaucoup, beaucoup, beaucoup d’autres. Enfin, il est compositeur depuis les années 70…

Voilà, j’espère que cet article vous a plu malgré son côté un peu plus intimiste et sans une goutte d’horreur!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :