Coulrophobie Clowns Octobre Films d'horreur Stephen King
Films et séries

Clowns et compagnie

Vous pouvez les retrouver sous un chapiteau, à une fête d’enfant, à une kermesse ou encore dans une bouche d’égout, eh oui, aujourd’hui je vous propose trois films où les clowns sont à l’honneur.

« Want a balloon? » – Pennywise, It, Stephen King

La peur des clowns, également connue sous le nom de coulrophobie, est comme la majorité des phobies : irrationnelle. Les experts s’entendent toutefois pour mentionner qu’un des éléments déclencheurs n’est autre que l’apparence rocambolesque du personnage, dont son fameux nez rouge avec son déguisement bariolé et ses chaussures aux dimensions hors norme. Là où cette apparence devrait faire rire autant les petits que les grands, pour certain elle est source d’angoisse. La dissimulation des traits du visage sous le maquillage ainsi que du langage corporel par le costume et l’attitude burlesque sont ambivalents pour plusieurs spectateurs. En effet, un sentiment d’incertitude se crée, car les gestes et les actions du comique ne représentent pas nécessairement ses véritables intentions. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui rend cette figure si intéressante comme monstre!

L’image du clown présent dans notre culture et notre imaginaire collectif depuis bien longtemps (Bouffon, Valentin, Figaro…) se métamorphosa radicalement au cours du 20e siècle. C’est à cette époque que le tueur en série déguisé en clown John Wayne Gacy et Pennywise monstre inventé par Stephen King firent leur première apparition. Le fou du roi ayant des fonctions principalement comiques devint alors une véritable muse pour l’univers de l’horreur.

Mais, selon les experts, cette peur est une forme de thérapie, car en apercevant un clown maléfique à l’écran cela permettrait d’apprivoiser nos frayeurs, notre angoisse du temps et de la mort qui vient inévitablement avec. Sans plus tarder, voici mes trois suggestions anti-coulrophobie. Pour cette chronique, j’ai consulté l’article Coulrophobie : pourquoi avons-nous peur des clowns? sur le site Internet Psychologies que vous pouvez lire juste ici.

  • It : Part One de Andy Muschietti (2017)

Un groupe d’adolescents, Bill, Ben, Beverly, Richie, Stanley, Mike et Eddie doivent confronter Pennywise qui dévore sans scrupule les enfants du quartier. Ce monstre a la capacité de changer de forme selon les peurs les plus profondes de ses victimes dont vous l’aurez bien deviné un clown. Seconde adaptation de l’œuvre de Stephen King, le réalisateur Andy Muschietti a séparé en deux segments ce récit imposant. Vous pouvez simplement visionner la première partie comme étant un film en soi, ce que je vous recommande fortement…

La deuxième partie de l’histoire concerne le groupe d’amis devenu adulte qui confronte à nouveau Pennywise après vingt-sept ans. Malheureusement, le charme que nous retrouvons dans le film de 2017 n’est nullement ressenti dans le second opus.

  • Clown de Jon Watts (2014)

Ken McCoy, agent immobilier et entrepreneur, doit remplacer à la dernière minute le clown pour la fête d’anniversaire de son fils. Comble du bonheur, dans la maison qu’il rénove il trouve dans un coffre enchaîné au fin fond de la cave un déguisement de clown prêt à porter! Il l’enfile à toute vitesse et donne le spectacle de sa vie. Seul problème : il est maintenant incapable d’enlever le costume. Ah oui, son attitude commence également à changer un peu…

Je ne vous en dévoilerai pas davantage, car ce film est une perle qu’il faut découvrir sur le vif! Co-écrit par Jon Watts et Christopher D. Ford, Clown fut aussi produit par Eli Roth.

  • Killer Klowns from Outer Space de Stephen Chiodo (1988)

Une petite ville américaine doit se défendre contre une invasion d’extraterrestres déguisés en clowns! Killer Klowns from Outer Space, un classique indémodable, vous propose un visuel extraordinaire et loufoque. Plus « années 80 » que ça, tu meurs!

Co-écrit par Stephen Chiodo et son frère Charles, vous ne pourrez vous enlever la chanson thème de la tête. Composée spécifiquement pour le film par le groupe The Dickies, elle deviendra un merveilleux ver d’oreille et votre compagnon pour le reste de l’année. Vous pourrez me remercier après!

Bon visionnement!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :