De monstres et d'hommes
Lectures

De monstres et d’hommes

Moi, ce que j’aime, c’est lire de l’horreur en bas de laine tout en sirotant un café au lait. Oh! et les monstres. Aujourd’hui, je vous présente deux bandes dessinées écrites et illustrées par des femmes (yeah!) où foisonnent des êtres monstrueux en tous genres (fantômes, démons, loups-garous… et humains).

Dans les bois d’Emily Carroll, édité en 2015 aux éditions Casterman, est un recueil de cinq contes gothiques et fantastiques où pullulent des créatures imaginaires. Vous y retrouverez L’hôte, Son visage ensanglanté, Mon amie Janna, La maison voisine et La dame aux mains froides. L’introduction et la conclusion sont également essentielles pour ancrer l’atmosphère de ces courts récits.

Les histoires sont certes conventionnelles, mais cela n’empêche pas l’horreur et la peur de s’insérer sournoisement entre les pages. Carroll maîtrise à la perfection les thèmes folkloriques, les illustrations magnifiques où le rouge et le noir sont à l’honneur et la forme narrative de la nouvelle. Angoissant à souhait! Même la quatrième page de couverture donne la frousse. Cette bédéiste ontarienne a reçu deux prix Eisner pour ce projet et c’est absolument mérité.

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres d’Emil Ferris publié aux éditions Alto, fut un coup de cœur instantané pour moi en 2018. La biographie de cette artiste américaine est en soi exceptionnelle. Mère célibataire dans la quarantaine, elle contracte le virus du Nil occidental et devient partiellement paralysée. Ferris ne se laisse pas décourager et décide d’entamer des cours d’écriture et d’arts à l’Institut d’art de Chicago pour réaliser un projet « monstre » de 800 pages. (Oui, je sais, c’est une mauvaise blague…) L’édition française sera publiée en deux volumes et croyez-moi, j’attends avec impatience la deuxième partie.

Mélangeant monstres, enquête policière, histoire de l’art, drame familial, social et historique, ce roman graphique aborde la vie de Karen Reyes, 10 ans, vivant à Chicago dans les années 60. La jeune fille s’imaginant être un loup-garou pour survivre dans une société où racisme et préjugés sont de mises, elle décide d’élucider la mort suspecte de sa voisine Anka, survivante de l’holocauste. Sans trop vous en dévoiler, je vous conseille fortement ce chef-d’œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :