Mes trois albums préférés d'Edward Gorey
Lectures

Edward Gorey ou le macabre à son meilleur

Lorsque je mentionne Edward Gorey au détour d’une conversation, je suis toujours étonné de voir des points d’interrogation dans les yeux mon interlocuteur. J’ai donc décidé de vous présenter un court portrait de ce maître du macabre.

Vous aimez les récits aux destins cruels et sordides? Vous appréciez les univers sombres et gothiques de Tim Burton et de Neil Gaiman? Génial! Venez découvrir l’artiste qui a inspiré ces magnats du fantastique.

Edward Gorey (1925-2000) fut un auteur-illustrateur américain prolifique du 20e siècle. Comptant à son actif plus d’une centaine d’albums et de livres publiés entre 1953 et 1999, Gorey illustra également de nombreuses pages couvertures chez l’éditeur Doubleday.

Cet artiste pour le moins excentrique fut une personne atypique et indépendante du début jusqu’à la fin de sa vie. Il apprit à lire de lui-même à l’âge de trois ans; il ne manqua pas une seule représentation du New York City Ballet jusqu’à la mort du directeur artistique George Balanchine; il vivait avec environ sept chats à la fois.

Gorey créa un univers reconnaissable non seulement du premier coup d’œil, mais également unique en son genre. Ses illustrations sont sobres tout en étant minutieusement détaillées. En effet, les personnages aux traits pourtant simples sont toutefois habillés comme de parfaits gentlemen et campés dans un décor victorien.

Lorsque le lecteur observe les illustrations, il tient pratiquement entre ses mains les dessins grandeur nature. Les illustrateurs travaillent généralement sur des images beaucoup plus grandes qui sont ensuite réduites lors de l’impression. C’est dire que Gorey avait un coup de crayon vif et précis.

Croyant fermement qu’une œuvre artistique devrait être innovatrice et indescriptible, Edward Gorey communément appelé Ted, aimait jouer avec le format et le contenu de ses œuvres. Que ce soit pour la création d’albums avec ou sans texte; de livres pop-up; de la conception de décor pour des pièces de théâtre; ou encore l’introduction animée de l’émission télévisuelle de la PBS intitulée Mystery; Gorey a indéniablement su renouveler son art. Il qualifiait personnellement son écriture de non-sens et de nombreux critiques le classent au côté d’Edgar Allan Poe, de Lewis Carroll et d’Edward Lear.

« Cela se passait le jour suivant le mardi et précédant le mercredi. » Ainsi commence le récit intitulé La bicyclette épileptique (1978). Un frère et une sœur y découvrent une bicyclette qui, sans l’aide des enfants, pédale seule. Après plusieurs aventures plus rocambolesques les unes que les autres, les gamins rentrent chez eux pour réaliser qu’ils sont décédés depuis 175 ans…

Deux enfants courant après une bicyclette
Embley et Yewbert étaient en train de se taper dessus avec leurs maillets de croquet lorsqu’ils entendirent un bruit derrière le mur et que roula sous leurs yeux une bicyclette sans chauffeur.

Son album le plus connu, publié en 1963, est sans conteste Les enfants fichus. C’est un charmant abécédaire où chaque lettre représente un jeune personnage et sa mort pour le moins sinistre et fantaisiste.

Les textes lyriques et soigneusement rimés regorgent d’un humour noir et grinçant. Dans L’invité douteux, publié en 1957, un pingouin taciturne et malpoli s’établit chez une famille où l’on se rend compte qu’après dix-sept ans il n’a aucune intention de partir.

Sympathique pingouin grincheux
Il dérobait les objets qu’il affectionnait Et dans la mare, avec soin, les collectionnait.

Et ce n’est que citer ces trois œuvres que j’adore tout particulièrement!

Si jamais vous êtes de passage à Yarmouth Port dans le Massachusetts, pensez à visiter la maison d’Edward Gorey qu’il avait affectueusement baptisé Elephant House. Une exposition explorant les thèmes, la vie et les réalisations de l’auteur-illustrateur est mise en place chaque année. De plus, vous pouvez lire deux excellents portraits de Gorey sur le New Yorker ainsi que le New York Times.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :