Gremlinots Littérature jeunesse Horreur
Gremlinots

Le diptyque de l’hiver

En octobre dernier, j’inaugurais un nouveau segment intitulé Gremlinots en vous présentant deux albums jeunesse remplis de p’tits monstres (lire mon article ici). Aujourd’hui et pour bien commencer l’année 2021, je vous propose une série littéraire pour les adolescents où vous retrouverez des paysages hivernaux islandais et des extraterrestres extraterrifiants! Préparez votre chocolat chaud, votre couverture douillette et votre coin de lecture, puis plongez dans cette aventure palpitante en vous laissant bercer par le souffle glacial du vent.

Sanglant hiver et Dernier hiver de Hildur Knutsdottir furent traduits par Jean-Christophe Salaün en 2017 et 2018 aux éditions Thierry Magnier. Née en 1984, cette auteure a à son actif plus d’une dizaine de romans jeunesse. Par ailleurs, le second volume de son diptyque fut également récompensé par un prix littéraire islandais. Pour l’instant, de l’ensemble de son corpus, seule cette série est disponible en langue française.

Nous suivons donc Bragi et Bergljot, frère et sœur, qui ont respectivement 9 ans et 15 ans. Lors de leurs vacances d’hiver vers la fin du mois d’octobre, ils partent de la capitale Reykjavik avec leur père pour leur chalet de campagne. Leur mère, une avocate débordée par son travail, leur a malheureusement fait faux bond. C’est avec frustration et colère que le reste de la famille entame leur congé. Subitement, les gens des environs vomissent et meurent peu après. Les communications telles les cellulaires, la radio et l’Internet ne fonctionnent plus et c’est avec horreur qu’ils tombent nez à nez avec des extraterrestres affamés! Dès lors, c’est une course effrénée pour leur survie. Séparés en cours de route, les membres de cette famille tenteront tous ce qui est en leurs pouvoirs pour se retrouver.

Avec un peu plus de 300 pages pour chaque tome, l’intrigue est bourrée d’action et de moments forts. Hildur Knutsdottir prend toutefois le temps de développer ses personnages, tout particulièrement les héros de l’histoire. Ce qui a un effet positif pour le lecteur, car il est impossible de ne pas s’attacher et de ne pas s’inquiéter pour ces derniers. Bergljot, une adolescente bien ordinaire, a un humour sarcastique à souhait qu’elle conserve malgré toutes les épreuves sur son chemin. Voici un petit extrait alors qu’ils sont en route vers leur chalet :

« Son père était encore en train de pointer quelque chose du doigt à l’extérieur. Il récitait les noms des différents lieux. Ne comprenait-il pas que personne n’en avait rien à faire? Qu’est-ce que ça pouvait bien changer, que ce soit cette colline-là, à droite, et pas celle de gauche, qui portait tel nom? Il y avait probablement autant de crottes de mouton sur l’une que sur l’autre. » (Sanglant hiver, page 42)

Romans d'horreur adolescents Aliens Extraterrestres Islande Romans jeunesse
Magnifiques pages couvertures!

Bragi, lui, est un enfant débordant d’imagination qui vit principalement dans son petit monde. Au tout début du premier volume, l’auteure nous montre à quel point il est adorable :

« Bragi lisait le menu avec soin. À son grand soulagement, on avait pris la décision commune d’aller dans un restaurant indien plutôt que japonais. Il hésitait à présent entre les plats Murg Kurkure et Shikandari Gosht, deux noms qui n’étaient pas sans évoquer pour lui les méchants d’un dessin animé. Bragi arrivait même à les visualiser. Murg Kurkure, tueur à gages grand et menaçant, était toujours vêtu d’une chemise noire, son visage enroulé d’un voile également noir ne laissant visibles que ses yeux perçants et sans pitié. Il avait des mains d’une taille impressionnante, et un sabre de samouraï affûté qu’il portait à la ceinture. Quant à Shikandari Gosht, c’était un roi-fantôme. […] Bragi! Bragi! Interloqué, l’intéressé leva les yeux du menu, l’esprit encore concentré sur Shikandari Gosht. » (Sanglant hiver, pages 31-32)

Un peu plus fragile que sa sœur, Bragi subit des bouleversements émotionnels et psychologiques à vous fendre le cœur. Dans le deuxième tome, il vit même une période de dépression post-traumatique assez réaliste. Hildur Knutsdottir n’y va pas par quatre chemins! Alternant entre le point de vue de Bergljot et Bragi, les chapitres sont courts et concis. Plus le récit progresse et plus les enjeux deviennent importants. Lors de leurs péripéties, nos jeunes protagonistes rencontrent d’autres survivants et c’est à se demander qui des extraterrestres ou des humains sont les plus dangereux…

En parlant de petits bonhommes verts, les descriptions de ces monstres vous donneront de grands frissons! « C’est alors qu’il entendit le bruit. Un craquement indistinct, comme si quelqu’un croquait quelque chose lentement, calmement. Le son était toutefois assez fort pour parvenir jusqu’au couloir. […] Il y avait une créature de l’autre côté. Une créature qui avait commis un acte abominable dans la chambre lumineuse, et laissé derrière elle des traces de sang dans le couloir. Et cette créature était maintenant derrière la porte, en train de faire quelque chose qui évoquait le bruit que produit un chien en rongeant un os. » (Sanglant hiver, page 74)

Ces « E. T. » peu sympathiques étant diurnes, les survivants doivent inverser leur cycle de vie et rester éveillé la nuit. Ce qui rend l’atmosphère oppressante et noire dans tous les sens du mot. Le récit du deuxième volume se poursuit directement où le premier tome a laissé le lecteur en suspens. Vous ne vous ennuierez pas une seule seconde! S’il y a un simple commentaire négatif de ma part, c’est que j’aurais pris davantage de moments angoissants avec les extraterrestres et un peu moins de relations amoureuses avec un traditionnel triangle conflictuel.

Eh oui, Bergljot a le temps de rencontrer deux autres jeunes de son âge, créant inévitablement des tensions sentimentales et hormonales typiquement adolescentes. Mais bon, il faut dire que je ne suis pas d’emblée le public cible de ces romans. Le diptyque de Hildur Knutsdottir est idéal pour les lecteurs de 13 ans et plus. Bonne lecture!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :