Jour de la marmotte horreur
Films et séries

Le jour de la marmotte

Février est un mois magnifique, le saviez-vous? Non? C’est le mois de ma naissance, mais surtout, c’est la période de l’année que nous attendons tous avec la plus grande impatience. Et oui, nos marmottes météorologistes s’unissent et sortent courageusement de leur trou pour nous annoncer si l’hiver se prolongera ou si le printemps se pointera le bout du nez prestement.

Les résultats furent mitigés en ce 2 février 2020. Sam, Willie, Fred et Phil n’étaient pas unanimes. Je dois avouer que j’écris cet article alors que plusieurs centimètres de neige s’accumulent tranquillement sur le toit de ma voiture… disons que j’ai de gros doutes sur un réveil printanier doux et rapide.

Trêve de plaisanterie, cette anecdote annuelle me fait toujours penser au film Le jour de la marmotte ou Groundhog Day avec Bill Murray. Plus récemment, les mordus d’épouvante ont eu droit au film Bonne fête encore! et sa suite Bonne fête encore! 2 (Oui, je sais, ce titre déborde d’originalité). La série Happy death day fut réalisée en 2017 et 2019 par Christopher Landon et produite par Blumhouse Productions.

Cette compagnie excelle dans le développement de films d’horreur à petit budget, mais gros revenu. La plupart de leurs œuvres exploitent lamentablement les clichés d’horreur, toutefois il y a parmi leurs nombreux titres quelques pépites d’or comme Get out, Insidious, Split ou encore Sinister pour ne nommer que ceux-ci.

Bonne fête encore! n’a rien d’exceptionnel ou d’original dans la structure de son récit. Nous suivons Tree, une jeune étudiante qui meurt le jour de sa fête et se réveille chaque matin pour revivre cette journée infernale jusqu’à ce qu’elle découvre l’identité de son tueur. Dans Bonne fête encore! 2, nous retrouvons l’étudiante de sororité et ses amis qui doivent déjouer à nouveau une boucle temporelle. Ce deuxième opus, qui selon moi aurait très bien pu ne jamais être créé, devient un film d’action humoristique à la Retour vers le futur. Évidemment, une fois le concept compris, l’intérêt du spectateur est un peu dilué.

Cela dit et malgré les personnages hyperstéréotypés (collégienne égoïste, l’intello sympathique qui ne souhaite qu’aider l’héroïne, etc.), j’ai bien apprécié cette série et vous la recommande fortement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :