Attention plantes carnivores!
Films et séries,  Lectures

Les ruines

Ça vous est déjà arrivé d’arrêter subitement votre lecture pour vérifier si vos plantes s’étaient insidieusement rapprochées de vous? Eh bien, vous ne verrez plus jamais la verdure de la même façon après le roman intitulé Les ruines de Scott Smith publié en 2007 aux éditions Michel Lafon.

C’est l’histoire de Jeff, Amy, Éric et Stacy, deux jeunes couples américains en vacances sur les plages de Cancún. Sur un coup de tête, ils partent à la recherche d’un site archéologique au cœur de la jungle du Yucatan avec Pablo et Mathias, deux touristes à peine rencontrés. Ayant pour toute indication une carte tracée à la main, des bouteilles de tequila et quelques barres tendres pour collations ; ils s’aventurent à la découverte d’un temple maya obscur.

Arrivés aux ruines, nos héros sont accueillis par les villageois hostiles qui tentent de les chasser, mais trop tard, car les étudiants ont malheureusement mis les pieds sur les vignes recouvrant le lieu… Pris entre des natifs qui les empêchent de partir et une menace beaucoup plus pernicieuse et d’origine organique, nos protagonistes dévoilent peu à peu leurs habiletés de survie, mais également leur vraie nature.

« Le soleil s’était levé, remarqua Éric en ouvrant les yeux. La lumière filtrait à travers le nylon orange de la tente. Il faisait déjà chaud, se dit-il ensuite. Il était en sueur. Il avait la bouche sèche. Il leva la tête, jeta un coup d’œil autour de lui. Stacy dormait à son côté. Puis il vit Amy, un peu plus loin allongée derrière Stacy, recroquevillée sur elle-même. Mathias était parti. Jeff aussi.

Éric voulut s’asseoir, mais il était encore fatigué et il avait le corps tout endolori. Il reposa sa tête sur le sol. Ferma les yeux, puis passa en revue les douleurs qu’il ressentait, en commençant par le haut. Il avait sans doute le menton tuméfié. Il souffrait dès qu’il ouvrait ou refermait la bouche. Son coude lui faisait mal et sa plaie était en feu. Il sentait une raideur au creux des reins, une douleur irradiant jusque dans sa jambe gauche à chaque mouvement. Et son genou… mais la douleur était moins forte qu’il ne l’aurait cru. Il avait même la jambe un peu engourdie. Il essaya de plier le genou, mais sa jambe resta immobile, comme si on avait posé quelque chose dessus pour la maintenir rivée au sol. Il leva la tête. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il vit les ronces! Elles avaient poussé de façon spectaculaire pendant la nuit, s’étaient déroulées depuis le tas d’affaires au fond de la tente pour venir s’enrouler autour de sa jambe gauche. Ayant remonté le long de sa cuisse, elles lui arrivaient presque à la taille.

-Mon Dieu! dit Éric.

La peur ne s’était pas encore emparée de lui, plutôt une réaction de dégoût. Il se redressa, et, tandis qu’il s’apprêtait à arracher la plante, Pablo se mit soudain à pousser des cris stridents. » (Pages 160-161)

Le récit commence tranquillement tout en mélangeant suspense et action, où les personnages font face à des situations dangereuses et doivent employer leurs compétences pour survivre. Puis, à la moitié, l’histoire s’accélère et devient de l’horreur pure et dure jusqu’à la conclusion drastique, mais réaliste.

Le film fut réalisé en 2008 par l’auteur ainsi que Carter Smith. Une adaptation cinématographique de série B peu connue, mais qui en vaut le détour. En effet, les personnages sont crédibles et quand même bien interprétés par les acteurs, dont Jena Malone et Shawn Ashmore. De plus, les effets spéciaux, utilisés avec parcimonie, complémentent le récit à merveille. Mon seul bémol avec le film est la fin qui a malheureusement été changée pour satisfaire un public cible hollywoodien.

Bref, je vous recommande sans hésitation ces œuvres. Sur ce, je vais aller arroser mes plantes et leur mettre un peu de la musique classique…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :