Bandes dessinées Giallo Cinéma italien Cinéphiles
Lectures

Midi-Minuit ou le jaune dans Giallo!

Entre cauchemars éveillés, meurtres en chambre close et tueurs insaisissables, la bande dessinée Midi-Minuit de Doug Headline et Massimo Semerano rend hommage au Giallo, aux cinéphiles ainsi qu’aux cinémas de quartier. Cette œuvre publiée aux éditions Aire Libre en 2018 est une mise en abîme sur le genre du Giallo sous la forme d’une histoire à la Giallo. Plongez la tête première au cœur de ce singulier univers!

Le Giallo, soit des films d’exploitation entre intrigue policière, horreur et érotisme, fut un courant cinématographique italien populaire entre les années 1960 et 1980. Prénommé ainsi en l’honneur de la collection de romans policiers à énigme des éditions Mondadori, ce mot désigne la couleur jaune de leurs pages couvertures. Équivalent des collections telles Le Masque ou Série Noire, ces romans mettaient en vedette des homicides et machinations criminelles spectaculaires aux thématiques sociales sombres. Ces derniers donnèrent en outre le ton et certaines règles scénaristiques du genre pour les jeunes réalisateurs italiens ambitieux.

Parmi les caractéristiques du Giallo, nous retrouvons des tueurs masqués usant d’armes blanches et de gants pour cacher leurs mains ; des scènes théâtralisées violentes et sanglantes de meurtres à la limite du sadisme ; une esthétique bien particulière, entre autres avec les couleurs et les lumières artificielles ; ainsi qu’une musique inhabituelle souvent synthétique. Ironiquement, la résolution de l’énigme importe peu. Le Giallo souhaite en fait déstabiliser le spectateur et mise avant tout sur les sensations de peur ou de désir que ce dernier expérimente grâce aux images brutales et sensuelles. Aujourd’hui considérés comme des films cultes, les Gialli étaient à l’époque royalement dénigrés et méprisés par la critique.

Pour revenir à Midi-Minuit, ce titre désigne les salles de quartier qui présentaient exclusivement durant les années 1970 et 1980 des films érotiques ainsi que des films d’horreur de « bas fond ». Doug Headline, pseudonyme du journaliste, scénariste et réalisateur français Tristan Jean Manchette, est un véritable passionné du sujet. Nous suivons en 1999 deux cinéphiles qui partent à l’aventure pour interviewer le légendaire réalisateur Marco Corvo. Par l’entremise de ces rencontres avec le cinéaste inventé de toutes pièces, Headline réussit à exposer l’histoire du cinéma italien. Cela comblera autant les novices du genre que les mordus purs et durs. De plus, un secret plane autour de Corvo depuis vingt-cinq ans. Sa bien-aimée, Luisa Diamanti, disparut mystérieusement durant le tournage de son dernier opus Lumière noire. Nos héros, François Renard et Christophe Lemaire, sont également confrontés aux meurtres sanglants à la Giallo de critiques italiens… ces éléments seraient-ils reliés?

Headline s’amuse avec les codes du Giallo et vous donnera envie de découvrir ou redécouvrir les œuvres fondatrices de ce courant. Un dossier thématique complète la bande dessinée avec des affiches, une chronologie du genre, une introduction aux Gialli et même des filmographies, dont une, entièrement inventée pour les titres de Marco Corvo. Avec des noms tels Le masque de brume, Un papillon sous la lune de sang ou encore Le chaud baiser de la tarentule, l’auteur nous fait saliver… dommage que ces films n’existent pas! Les illustrations de Semerano sont assez classiques et bien exécutées, toutefois ce qui élève ces dernières selon moi n’est autre que l’emploi d’extrait de films! Le mélange entre dessins et images réelles produit un effet dynamique qui est la bienvenue.

Personnellement, je considère l’intrigue policière beaucoup moins pertinente que les entrevues fictives. Quoiqu’elle se conforme aux éléments traditionnels du Giallo, cette trame secondaire semble quelque peu fade et précipitée si on la compare aux informations historiques et cinématographiques. Mais comme tout bon Giallo qui se respecte, le scénario a peu d’importance… Je vous recommande donc volontiers Midi-Minuit! Voilà une excellente lecture estivale!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :