Indie horror
Films et séries

Noël, le diable et un huis clos familial

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’adore commencer mes vacances de Noël par un bon film d’horreur. Du cinéma indépendant ou indie horror? Quoi de mieux!

I trapped the Devil, premier long métrage du réalisateur Josh Lobo (2019), fut l’une de mes belles découvertes cinématographiques en novembre dernier. Ce film est produit par Yellow Veil Pictures, une jeune société américaine créée en 2018 et basée à New York et Los Angeles. Leur spécialité n’est autre que le cinéma de genre réalisé par des cinéastes émergents. Vous pouvez consulter leur site, ici. Vous y dénicherez de merveilleux films indépendants.

Nous retrouvons pour ce récit en huis clos, Matt, sa femme Karen ainsi que son frère Steve. Le couple rend une visite surprise à ce dernier pour le temps des fêtes. Lorsqu’ils arrivent, les fenêtres sont tapissées avec du papier journal; la maison est sens dessus dessous; Steve épuisé et inquiet de les voir chez lui, tente à plusieurs reprises de les convaincre de partir. Au fil de plusieurs conversations malaisantes, Steve dévoile à sa famille qu’il a capturé et emprisonné le diable dans sa cave. Pour regarder la bande-annonce, c’est par ici.

Indie horror_I trapped the devil
Affiche publicitaire du film

En plus de l’atmosphère sombre et oppressante de la maison, on aperçoit la défunte femme de Steve sur l’écran de la télévision qui évidemment s’allume seul… Encore plus angoissant, le téléphone sonne constamment avec un interlocuteur mystère au bout de la ligne. Bref, le décor et le jeu des acteurs sont tout simplement fascinants. De plus, la musique sinistre de Ben Lovett aide considérablement à rendre l’univers de Josh Lobo tangible. C’est un film d’horreur psychologique au rythme lent et posé qui en vaut le détour!

Imaginez un instant, l’horloge annonce tout juste 22 heures; le vent souffle violemment; je suis à peu près à la moitié du film et bien investie dans la narration quand tout à coup le courant coupe pendant deux longues secondes… croyez-moi, j’ai eu la peur de ma vie! J’adore être submergé par ma lecture ou un film lorsque mon environnement immédiat et la météo reflètent l’atmosphère de l’œuvre. C’est un pur hasard, mais quel plaisir! Et la fin de l’histoire me donne encore des frissons, brrr.

Je vous souhaite un bon visionnement et un joyeux temps des fêtes!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :