Défi lecture Stephen King Camions
Films et séries,  Lectures

Poids lourds ou Maximum Overdrive

Avec près de la moitié de mon défi lecture entamé, je réalise qu’une thématique récurrente hante le recueil de nouvelles Night Shift. Soit, les machines et leur danger potentiel pour l’homme. Particulièrement si celles-ci s’animent pour une raison complètement insolite. Démon, malédiction, comète… Pourquoi pas!?

Nous retrouvons, dans la nouvelle intitulée Trucks, un groupe de survivants coupé du monde dans le restaurant d’un arrêt de camion. Ces étrangers sont encerclés par un attroupement de poids lourds qui ont mystérieusement pris vie. Pas de corps céleste extraterrestre ici, comme dans son adaptation, désolée. Cependant, elles se réveillent avec des envies meurtrières… La nouvelle en soi n’a rien d’extraordinaire. Côté récit on aura vu plus élaboré et palpitant. Ce qui en fait le charme au détour des 25 pages n’est autre que le renversement de la structure sociale qui se met en place entre les individus.

Un peu comme le film Brume (2007) également tiré d’un court roman de Stephen King ou son livre intitulé Dôme. Dans le premier, les clients d’une épicerie sont cernés par un brouillard rempli de créatures extraterrestres. Dans le second, les habitants d’un village sont complètement coupés du monde par une sphère transparente au-dessus d’eux. Bref, pour ces deux exemples, les personnages se retournent les uns contre les autres et les rapports de force sont mis à rude épreuve. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui rend certaines histoires de cet auteur si fascinantes.

La nouvelle n’est pas aussi approfondie dans son propos que Brume ou Dôme, cependant nous avons un bon aperçu de cette microsociété aux prises avec un danger imminent et incompréhensible.

Film d'horreur Stephen King Camions
Stephen King à l’écran : une rétrospective des adaptations au cinéma et à la télévision du maître de l’horreur de Ian Nathan aux éditions Bragelonne

Maximum Overdrive, premier et dernier long métrage réalisé par Stephen King lui-même, fut un fiasco total à sa sortie en 1986. D’emblée, King admet ne pas avoir grand souvenir de son expérience, en raison de sa dépendance à la cocaïne. Il en résulte un projet artistique de 98 minutes complètement éclaté où l’hémoglobine gicle à profusion du début à la fin ; le tout soutenu par la musique entrainante et constante du groupe ACDC. Devenu une œuvre culte pour certains, je peux vous assurer que vous ne vous ennuierez pas une seule minute! Rigolade de série B en prime.

King a remanié le scénario en créant plusieurs scènes sanglantes et humoristiques ainsi que des personnages pour combler la trame narrative de sa courte nouvelle. Néanmoins, ces ajouts n’alourdissent aucunement le récit contrairement à certains films comme La créature du cimetière ou La presseuse. Outre, la comète qui sert d’excuse à cette histoire loufoque, ce n’est pas uniquement les poids lourds qui prennent vie, mais également les électroménagers. Il y a toutefois quelques incohérences, car certaines voitures sont inoffensives. Ce qui ma foi est bien pratique pour le déplacement des héros. Kof! Kof!

Chris Thomson a tenté de raviver en 1997 la nouvelle avec son film Trucks. Je ne m’attarderai pas trop sur cette adaptation ennuyeuse à souhait. Le scénariste, Brian Taggert, a transformé l’histoire en drame familial, ce qui coupe l’action du récit avec des scènes mélodramatiques longues et viscéralement inconfortables. Les acteurs, eux-mêmes, ne semblent pas convaincus de leurs dialogues, alors de là à être convaincant… À la fin du film, j’en suis venu à regretter les effets spéciaux pratiques et sanglants de Maximum Overdrive!

Il y a une chose que ces adaptations n’ont pas réussi à transmettre, contrairement à la nouvelle, soit un sentiment de condamnation absolu. L’épilogue du court récit est impitoyable et sans espoir. Les humains sont assujettis par leurs propres technologies. Brrr!

La prochaine critique pour mon défi 2020 portera sur la nouvelle Cours, Jimmy, cours. Une histoire de revenants!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :