Anthologies Horreur Auteurs des Premières Nations
Lectures

Taaqtumi : An Anthology of Arctic Horror Stories

« This storm is full of bad things. » (Iqsinaqtutalik Piqtuq : The Haunted Blizzard, Aviaq Johnston, page 4)

Lire Taaqtumi : An Anthology of Arctic Horror Stories c’est comme aller se promener durant une tempête de neige alors que le verglas fait rage à moins quarante degrés… Vous aurez le souffle coupé, vous serez désorienté, vous serez décoiffé pour finalement vous retrouver seul dans le noir à l’instar du titre en langue inuktitut. Sans conteste l’une des meilleures anthologies que j’ai lues cette année!

Compilé par Neil Christophe aux éditions Inhabit Media en 2019, ce recueil comprend neuf histoires d’auteurs canadiens des Premières Nations :

Iqsinaqtutalik Piqtuq : The Haunted Blizzard d’Aviaq Johnston

The Door d’Ann R. Loverock

Wheetago War II : Summeners de Richard Van Camp

Revenge de Thomas Anguti Johnston

Lounge de Sean et Rachel Qitsualik-Tinsley

Utiqtuq de Gayle Kabloona

Sila de K.C. Carthew

The Wildest Game de Jay Bulckaert

Strays de Repo Kempt

Zombies, changement climatique, cannibale, vengeance, intelligence artificielle doublée de spiritualité, mythologie nordique, Nanurluk, une ombre dans la tempête, une porte apparaissant au milieu de la toundra… Brrr! Ces histoires aux thématiques diversifiées et originales se glisseront sous votre peau, frissons garantis. Les auteurs ne tombent jamais dans les clichés de leur sujet ce qui pourrait être facilement le cas, par exemple avec les zombies. Non, ici les idées fusent et résonnent dans toute leur noirceur. La noirceur des créatures, la noirceur du Nord, mais surtout la noirceur humaine.

« It’s easy to look inside yourself as a fellow man and see all those dark secrets, horrible thoughts, moronic attitudes, and then take your self-hatred out on some poor bastard who you know harbours all the same flaws deep down. All men are the same, some are just better at hiding this shared disease than others. » (The Wildest Game, Jay Bulckaert, page 139)

Cet extrait provient de la nouvelle The Wildest Game. Un cannibale, cerné par la police de Yellowknife, écrit une lettre à sa conjointe expliquant en détail d’où lui vient cette envie ainsi que toute sa démarche de chasse, de dépeçage et de conservation de la viande. Crue et révoltant. Parmi l’une de mes histoires préférées!

Iqsinaqtutalik Piqtuq, The door, Revenge, Sila, Strays… elles sont tous sincèrement excellentes. De plus, un glossaire des mots en inuktitut complète l’anthologie pour non seulement donner la définition, mais également pour nous présenter la prononciation. Bref, si vous avez l’opportunité de mettre la main sur ce recueil à la page couverture envoutante, n’hésitez surtout pas!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :